Star Trek Beyond, enfin!

J’aime Star Trek. J’aime tous les films de Star Trek, même ceux de JJ Abrams. Oups, j’ai menti, j’ai une haine assez intense pour le premier Star Trek. C’est tellement mauvais et ennuyant. Mais ça, c’est pour un autre article!

Hier soir, j’ai été voir Star Trek Beyond. Comme j’ai déjà dit, j’ai bien aimé les 2 premiers films de JJ Abrams, même si j’ai trouvé que le 2e était inutile. Pourquoi refaire Wrath of Khan? Mauvaise idée mon JJ!

J’avais des attentes assez basses parce que je suis rempli de préjugés! Disons que j’avais décidé que ça serait de la merde lorsque j’ai vu que le film serait réalisé par Justin Lin. Après tout, il a réalisé 4 films de la série The Fast and the Furious, comment peut-il faire un Star Trek qui est potable?

Et bien, j’ai été étonné. Vraiment étonné en fait. Star Trek Beyond est non seulement bon, il est le meilleur de la nouvelle série de films. Finalement, nous avons le droit à un film qui met la relation entre Kirk, Spock et McCoy au centre de l’histoire. Cette relation a été centrale aux 6 films originaux. Jusqu’à maintenant, Abrams n’avait pas réussi à nous la faire revire. Il a fallu attendre Justin Lin et les scénaristes Simon Pegg et Doug Jung pour voir enfin cette bromance renaitre au cinéma!

Il y a aussi beaucoup plus d’humour dans Star Trek Beyond que dans ses prédécesseurs et il fait nul doute que Simon Pegg en est pour quelque chose. Cet humour sert à perfection le film, qui serait beaucoup trop lourd et sombre sans elle. Ça nous permet de respirer un peu, ce qui est très agréable!

Justin Lin a aussi su tirer le meilleur d’une belle brochette d’acteurs. Chris Pine incarne le capitaine James T. Kirk comme jamais personne ne l’a fait encore. Il incarne bien la force et toute l’attitude du célèbre capitaine, tout en nous montrant ses faiblesses et ses déchirements internes. Lentement mais surement, Pine va réussir à nous faire oublier William Shatner.

Karl Urban semble avoir fait ressusciter DeForest Kelly! Ses gestes, son ton de voix, tout ce que Kelly a utilisé pour créer McCoy y est. Il est dôle et bougon comme seul Bones peut l’être! Zachary Quinto n’est pas mauvais, mais son Spock n’arrivera jamais à la cheville de celui de Nemoy. Il nous offre un Spock beaucoup plus fragile et beaucoup moins imposant que l’original. Il lui manque toute la prestance que Nimoy donnait au personnage.

Star Trek Beyond accorde aussi une plus grande place aux autres membres de l’équipage, notamment Pavel Chekov, joué par le regretter Anton Yelchin. Chaque fois qu’on le voyait à l’écran, j’avais un pincement au cœur. Il incarnait avec perfection le jeune Chekov. Il avait tout son enthousiasme et sa positivité. Il va nous manquer.

Tout n’est pas parfait cependant. Tout le monde blâmait Abrams d’abuser des « lens flares ». Et bien dans Star Trek Beyond, Justine Lin abuse lui du « shaky cam ». Toutes les scènes d’actions sont incompréhensibles. On ne voit rien tellement que la caméra bouge. C’était horriblement dérangeant et ça m’a fait haïr les scènes d’actions. Message à Justin Lin, du Nutella, c’est bon, mais pas si tu mets 1 pouce sur ta toast, essaie la même chose avec la « shaky cam »!

La musique est un autre des points positifs de Star Trek Beyond. La trame sonore de Michael Giacchino est absolument sublime et complète à merveille le film de Justin Lin. Une trame sonore se doit d’ajouter au narratif du film et c’est ce que Giacchino réussi de façon magistrale. Heureusement qu’il y a encore des compositeurs de la sorte qui travaillent à Hollywood.

La grande question ; est-ce que je vous recommande Star Trek Beyond? Oui, absolument, sauf que je dois vous faire un avertissement. Si vous avez adoré les 2 premiers, il y a de bonnes chances que vous ne soyez pas les plus grands fans de Beyond. Le film de Justin Lin est beaucoup plus près des anciens films que ceux d’Abrams. La relation entre les personnages principaux est beaucoup plus centrale à l’histoire. Comme par le passé, c’est une question morale qui est au centre de l’histoire et non pas l’action. C’est du bon vieux Star Trek, à la sauce 2016. 

Jamais je n’aurais cru dire ça, mais je souhaite vraiment que Lin soit de retour à la réalisation et que Simon Pegg continue de nous offrir des scénarios de la sorte pour les prochains films.